4/2017

Critique du livre de Charles Handy – The Age of Unreason

Charles Handy, philosophe social et de l’économie irlandais et auteur, exprime dans son ouvrage «The Age of Unreason» (français: «L’âge de déraison») l’intention de parvenir à une meilleure compréhension des changements qui nous entourent, pour en souffrir moins et en profiter davantage en tant qu’individus et que société. Sa thèse se fonde sur trois hypothèses.

1) Que cette fois le changement est différent: il est discontinu et ne fait pas partie d’un schéma. Une telle discontinuité se produit de temps en temps dans l’histoire, bien que ce soit perturbant et troublant, notamment pour les personnes en position de force.

2) Ce sont les petits changements qui font le plus la différence dans notre vie, même si nous ne les remarquons pas au début. Les changements dans l’organisation de notre façon de travailler représentent la principale différence pour notre mode de vie.

3) Le changement discontinu requiert une nouvelle manière de penser discontinue pour le gérer. Même si les pensées semblent absurdes à première vue.

La thèse englobe les différents aspects qui influent sur ces changements, y compris les aspects professionnels (organisations dans lesquelles nous travaillons), personnels et étatiques. Voici le principal objectif de l’auteur : «Si les gens commencent à penser de manière déraisonnable et tentent d’organiser leur monde comme ils pensent qu’il devrait être, je serai satisfait.»

  • Demet Biçer
  • Text

Cet article pourrait également vous intéresser